J’ai des clients un peu partout aux États-Unis, mais beaucoup sont en Californie et travaillent dans la Tech. Avant d’être conseiller financier, j’étais moi-même dans le monde de la Tech, pendant 7 ans… J’ai donc vécu de l’intérieur le fait d’avoir des stock-options, des RSUs et un ESPP. Avec la montée des valeurs technologiques cette année, que faire de vos actions ? Un début de réponse ici.

Dans la plupart des décisions financières, il y a un côté émotionnel et un côté financier et ils ne sont pas toujours en accord. Être entré dans une startup tôt, l’avoir vu changer et grandir, croire en son avenir fait qu’il peut être difficile émotionnellement de revendre ses stock-options, RSUs. Je l’ai constaté avec mes collègues. J’ai travaillé chez Fitbit pendant 4 ans entre 2014 (350 employés) et 2018 (2000 employés et une IPO plus tard).

Voilà ce qu’il se serait passé si vous aviez investi $10 000 lors de l’IPO…

Il était impossible de savoir à l’époque que l’action chuterait autant. Fitbit était et est toujours une marque très connue. Malheureusement, statistiquement et tout comme Fitbit, il y a peu de chance que votre entreprise soit le prochain Tesla, Facebook ou Google. Même si elle l’est, il est probablement prudent de ne pas avoir tous ses œufs dans le même panier.

Si votre entreprise commence à aller mal, vous risquez de perdre la valeur des actions que vous avez et votre travail.

D’après mon expérience, les clients qui ont rejoint une startup assez tôt ont une grosse partie de leur patrimoine dans la même société. Une partie de mon travail est de faire en sorte que leur patrimoine est protégé et ça veut souvent dire vendre une partie de leurs actions.

Les stock-options

Sauf cas particulier, vos stock-options ne peuvent pas être vendues donc vous avez le choix entre acheter « exercise » les stock-options libérées « vested » ou ne rien faire. Si vous décidez de les acheter, attention aux impôts !

Je ne peux pas rentrer dans les détails des 4 scénarios qui existent, mais, de manière générale, il est souvent très intéressant d’exercer vos stock-options le plus tôt possible. En effet, il y a trois dates importantes quand on parle de stock-options : la date où vous les avez reçues « grant date » , la date où vous les avez exercées « exercise date » et la date où vous les vendez. Suivant le temps passé entre ces dates et la valeur de l’action à ces différentes dates, vous pourrez payer plus ou moins d’impôts.

Si votre entreprise est devenue publique, il est probablement trop tard pour exercer vos stock-options et les garder. Vous devrez les exercer et les vendre immédiatement et paierez des impôts sur les plus-values.

Les RSUs

Les RSUs que vous recevez sont traitées comme salaire donc vous avez déjà payé des impôts dessus. C’est comme si vous receviez un chèque et qu’avec l’argent de ce chèque, vous achetiez des actions de votre entreprise. Si je vous donne un chèque de $100,000, iriez-vous acheter des actions d’une seule entreprise avec l’argent ?

En général, quand mes clients ont la majorité de leur patrimoine dans une seule action, je conseille de revendre une partie des RSUs régulièrement – 10% tous les trimestres par exemple – et de diversifier.

Il y a une stratégie pour les revendre et payer le moins d’impôts possible. Par exemple, si vous avez des plus-values, vendez les RSUs que vous avez reçues il y a plus d’un an en premier. Vous serez imposé à un taux préférentiel (0%, 15% ou 23.8%) suivant vos revenus du point de vue fédéral. Ça ne change rien du point de vue étatique.

Les ESPP

Dans tous les cas, je conseille de maximiser les contributions de vos ESPPs à condition de les revendre immédiatement. Vous recevrez des actions avec une réduction de 10 à 15% selon les cas. C’est 10 à 15% de retour sur investissement sans risque ! du jamais-vu… En revanche, si vous attendez (quelquefois pour économiser 10% d’impôts) vous prenez le risque que l’action chute fortement. Au lieu d’avoir 15% de retour garanti, vous vous retrouvez avec -30% sur l’action.

N’hésitez pas à bloquer mon calendrier si vous voulez discuter de votre situation particulière.

Votre conseiller,

Guillaume

A lire également