Voilà le deuxième article de notre série sur les questions à se poser et les décisions à prendre avant de quitter les États-Unis. Dans la première partie, nous avons parlé de l’exit tax, dans cette deuxième partie nous allons couvrir les options qui s’offrent à vous sur le 401k. L’objectif de cet article est de vous donner les grandes lignes et pas forcément d’être complètement exhaustif.

Vous avez 3 options pour votre 401k avant de quitter les US. Les pénalités et l’imposition sont sur l’ensemble de la somme retirée pour le traditional 401k (pre-tax) et uniquement sur les plus-values pour le Roth 401k (post-tax).

1. Ne rien faire

Vous pouvez garder votre 401k aux États-Unis tout en étant résident français. Il grossira sans impôts jusqu’à ce que vous retiriez l’argent – après 59 ans et demi si vous voulez éviter les pénalités.

L’argent que vous retirez sera soumis à l’impôt sur le revenu aux États-Unis, mais pas en France. À partir de 72 ans, l’IRS vous obligera à retirer une partie de la somme.

Il n’y aura pas de déclaration d’impôts à faire en France ou aux États-Unis sur ce compte avant ce retrait d’argent.

Je recommande cette solution en général si votre 401k à plus de $100,000 dessus, car cet argent doublera en moyenne tous les 10 ans (pour un retour sur investissement de 7%)

  • Dans 10 ans, vous aurez $200,000
  • Dans 20 ans, vous aurez $400,000
  • Dans 30 ans, vous aurez $800,000

2. Retirer l’argent

J’ai l’impression que c’est la solution que beaucoup de Français choisissent malheureusement.

Vous paierez un impôt sur le revenu et une pénalité de 10% sur l’ensemble de la somme (Pre-tax 401k) où sur les plus-values uniquement (Roth 401k).

Je recommande de retirer l’argent l’année qui suit votre départ et non l’année de votre départ. Si vous retirez l’argent l’année de votre départ, le retrait s’ajoutera à vos revenus américains. Si vous retirez l’argent l’année suivante où les années suivantes, vous n’aurez plus de revenus américains et paierez moins d’impôts.

Vous devrez faire une déclaration d’impôts américaine via un formulaire 1040 NR.

Il y a un autre moyen de retirer l’argent avec moins de pénalités, mais c’est relativement compliqué et un délai de cinq ans doit être respecté. En simplifiant, vous pouvez faire un rollover IRA (voir point 3) puis convertir l’IRA en Roth IRA et retirer l’argent du Roth IRA après cinq ans. Il y a des subtilités et voilà un bon article qui vous donne tous les cas : https://www.doughroller.net/retirement-planning/the-5-year-rule-on-roth-ira-conversions/

3. Faire un Rollover IRA ou Roth IRA

Vous pouvez transformer votre 401k en un Rollover IRA ou en Roth IRA une fois que vous avez quitté votre entreprise. L’avantage est d’avoir accès à l’ensemble des marchés financiers avec plus de fonds et la possibilité d’acheter des actions et d’autres produits financiers quelques fois moins cher que dans votre 401k.

ATTENTION : En 2018, une directive européenne MiFid II empêche les résidents européens (américain ou pas) d’acheter des ETFs/ETNs sur des comptes américains. Il était déjà impossible d’acheter des mutual funds. Les possibilités deviennent donc limitées pour ce type de compte. Votre 401k ne devrait pas être touché par cette directive, mais cela peut dépendre de l’institution financière. Avant de partir, vous devrez donc choisir un fond et le garder pour toujours sauf si vous voulez acheter et vendre des actions.

Pour la plupart de mes clients, l’option 1 est la plus adéquate.

À noter qu’en cette période de COVID, le CARES Act vous permet de retirer l’argent de vos comptes sans pénalités à hauteur de $100,000 à condition de prouver que vous avez été affecté financièrement par le COVID.

Similar Posts